Fête du 1 mai par le PTB Tournai-Ath-Mouscron

Fête  du 1 mai par le PTB Tournai-Ath-Mouscron
Dimanche 1 mai au « Kennedy », Grand'Place 35, Tournai

Programme :

14 h 30 : Accueil

15 h : Interventions

Jeoffrey nous parle de l'actualité communale à Tournai (situation sociale, actualité politique, dossier Pont des Trous, élargissement de l'Escaut, ..)

Intermezzo musical (guitare) par Philippe

Mathieu appelle à la mobilisation du monde du travail contre la politique sociale catastrophique du gouvernement Michel – De Wever, et en particulier « la loi Peeters (qui restaure la semaine de 45 heures et la journée de 9h). Il présentera aussi la campagne (adressée au gouvernement wallon) pour
la suppression de la redevance TV.

16 h : verre de l'Amitié

18 h : clôture de la Fête.

Au IVe congrès de l'American Federation of Labor, en 1884, les principaux syndicats ouvriers des
États-Unis s'étaient donné deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à
huit heures. Le 1er mai 1886, aux États-Unis, 200.000 travailleurs obtiennent la journée de huit heures
grâce à une forte pression des syndicats, mais beaucoup d'autres ne l'obtiennent pas.Le 3 mai, une
manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la sociétéMcCormick Harvester, à Chicago. Une
marche de protestation a lieu le lendemain et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à
Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers. C'est alors qu'une
bombe explose devant les forces de l'ordre. Elle fait une quinzaine de morts dans les rangs de la
police.Trois syndicalistes anarchistes sont jugés et condamnés à la prison à perpétuité. Cinq autres
sont pendus le 11 novembre 1886 malgré des preuves incertaines (ils seront réhabilités plusieurs
années après).
Trois ans après le drame de Chicago, la deuxième Internationale socialiste réunit à Paris son deuxième
congrès. Les congressistes se donnent pour objectif la journée de huit heures (soit 48 heures
hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé), sachant que jusque-là, il était habituel de travailler dix
ou douze heures par jour... Une lutte de grande actualité.